Histoire économique du Cameroun

Histoire économique du Cameroun

Le Cameroun est à l’air de la DSCE 1, le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi de la période 2010-2019. Ce document est régi par le Business plan du Cameroun sur 25 ans dénommé “Cameroun, vision 2035“.
Le DSCE actuel en revue depuis 2015 sera bientôt remplacé par le DSCE 2 de la période 2020-2029.

Voilà en effet le contexte global qui gouverne la dynamique du MIC (Made In Cameroon), celui d’un environnement où les bases ont été pensées et fixées depuis plus d’une dizaine d’année afin de conduire notre pays à l’émergence à l’horizon 25-30 ans.

Précédemment à cette mouvance de l’émergence, nous avons connu l’étape de le DSRP, aujourd’hui aux oubliettes et totalement inconnu pour bons nombres de nos héros startuppers.

Le Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté (DSRP) en son temps a fait coulé beaucoup d’encres et de salives et bien évidemment avait fait sortir de nombreux chanceux camerounais de la pauvreté. Je citerai les emplois créés par les grands travaux dans nos villes et la fameuse opération des 25 000 emplois où on a connu 300 000 candidats à la fonction publiques.

L’événement qui aura cependant marqué tous les esprits avait été l’ atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE. Événement objet à l’époque (Année 2002) de toutes les railleries des médias, en l’absence de la puissante force de frappe de Facebook.

En effet Facebook ne prendra l’envol qu’après les élections américaines de fin d’année 2007 où on le verra porter un certain Barack OBAMA en plus de faire la vedette lors du Printemps arabe.

Aujourd’hui donc, c’est Facebook ou rien et tant pis si les sujets abordés sont loin d’une logique économique soutenable. Anyway, le fusil a changé d’épaule et il revient aux pouvoirs publics de se rapprocher de son public en allant sur Facebook et tous les réseaux sociaux ; alors même qu’ils n’avaient pas encore fini de comprendre le bien fondé d’un site internet ou d’un courriel (E-mail).

Quant au secteur privé auquel appartient le RAPEC ou les principaux acteurs de MIC, il suit le bout de chemin de sa numérisation et continue à peiner face aux défis de la compétitivité.

La compétitivité requiert loin au delà de la maitrise des réseaux sociaux, un nombre important de compétences à mettre à l’actif des porteurs d’idée, porteurs de projets et chefs d’entreprise.

Les membres actuels des groupes whatsapp RAPEC MEMBRES et RAPEC LITTORAL, ainsi que les futurs membres réels (Adhérents officiels et votants) de l’association doivent braver le défis de la connaissance de l’histoire économique récente du Cameroun (Après l’an 2000). Cette histoire est nécessaire pour ceux et celles qui sont porteurs d’une VISION, identifiée ou non et inutile pour les nombreux entrepreneurs touristes bon à jouer aux accompagnateurs afin que les statistiques des échecs et des abandons trouvent eux aussi un sens.

De toute façon, en face des naïfs, touristes ou abandonneurs, il y’a une forte dynamique africaine où le Cameroun essaie de poser ses marques à travers un certains nombre de startuppeurs ambitieux et surtout plusieurs millions d’emplois à créer y compris pour nos transfuges alias loosers

Extrait du magazine VITRINE DE L’ENTREPRENEUR édition de mars 2019 à paraître
Par Rollin FOKO (Ambassadeur de l’entrepreneuriat)

Crédit photo: Journal du Cameroun

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Rollin FOKO

Ambassadeur de l'entrepreneuriat, depuis 2011. Spécialiste du Business Plan (SBP), depuis 1998. TEF Forum 2017 Best Mentor (Prix obtenu à Lagos). Consultant Senior Business Plan projet PIDMA / MINADER / BANQUE MONDIALE Membre Fondateur GEN CAMEROUN (www.genglobal.org) Promoteur d'un cabinet de conseils en stratégie depuis 2004 focalisé sur 3 axes : Gestion de projet (Design Thinking) Leadership (Effectuation) Recherche de financement. À ces titres, je fais la promotion de tout ce qui est lié à l'entrepreneuriat depuis 21 ans.
Fermer le menu